Stock épuisé.
Le stock est épuisé, merci de nous contacter pour plus d'informations.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

Contactez-nous

Newsletter

Inscrivez vous pour bénéficier de nos offres promotionnelles

Nos partenaires

 

Le rollator : pour ou contre ?

Le rollator : pour ou contre ?

L'avis d'un spécialiste

Depuis plusieurs dizaines d'années déjà, le déambulateur rollator est un élément incontournable des aides destinées aux personnes ayant des problèmes de locomotion. Pour ou contre ? L'avis de Veerle De Smet, ergothérapeute.

Une plus grande mobilité : POUR

Les patients équipés d'un déambulateur rollator ont une plus grande liberté de mouvement. Comme ils sont moins dépendants des autres, ils sont moins confrontés à leur handicap. "Le rollator leur permet de visiter les autres patients du couloir. Ils entretiennent ainsi davantage de contacts sociaux", précise Veerle De Smet.

En revalidation ou en permanence : POUR

Le rollator offre un meilleur appui par rapport à une canne. En outre, il est plus mobile qu'un déambulateur tribune. L'hôpital recourt souvent au rollator pour des patients en revalidation. "Bien évidemment, certaines personnes ont besoin d'un déambulateur en permanence. C'est une aide à la marche très pratique, surtout qu'il peut être équipé d'une assisse et d'un petit panier dans lequel les patients déposent leurs affaires."

Aménagement du domicile : CONTRE

L'utilisation d'un déambulateur requiert parfois une adaptation du domicile du patient. Les différences de niveau sont en effet des obstacles difficiles à franchir avec un rollator. Il faut dès lors retirer carpettes et tapis et équiper les seuils d'un pont. Il sera éventuellement nécessaire de réaménager le living du patient. Un déambulateur a en effet besoin de 70 centimètres environ pour passer partout aisément.

Sécurité : POUR-CONTRE

Grâce à ses roues, le rollator est plus mobile qu'un déambulateur tribune. Pour éviter de prendre de la vitesse, certains modèles sont équipés de freins. D'autres disposent même de freins "inversés", le patient doit, dans ce cas, actionner les freins pour faire bouger le déambulateur. Il est important de toujours tenir compte des capacités cognitives du patient. Il doit être capable de diriger le déambulateur.

Une stigmatisation : POUR-CONTRE

Veerle De Smet estime que l'utilisation d'un rollator ne doit pas être considérée comme stigmatisant. "Les patients aiment sortir avec leur déambulateur. L'attitude des passants en rue s'est nettement améliorée. Les gens ne se retournent plus sur une personne en déambulateur ou en fauteuil roulant."

Deux, trois ou quatre roues ?

  • Les modèles à deux roues sont plus stables et s'utilisent principalement à l'intérieur ou dans les environs immédiats du domicile.
  • Le déambulateur à trois roues est plus maniable que les modèles à deux ou quatre roues. Pour le diriger, le patient doit être bien mobile et avoir un bon équilibre.
  • Le déambulateur à quatre roues convient davantage pour une utilisation à l'extérieur.

Notez que le diamètre des roues joue aussi un rôle dans le confort de conduite et le franchissement des obstacles.

Un déambulateur sur mesure

Le rollator est généralement réglable en hauteur, ce qui permet de l'adapter à la taille du patient. Lors du choix d'un modèle, il faut aussi tenir compte du poids du patient. La hauteur et la solidité sont importantes pour la stabilité, mais aussi pour l'ergonomie du patient

Source : Ocare Magazine.